A propos de réalisme

La guerre n'a pas un visage de femme

 

Quand, pour la première fois dans l’Histoire, des femmes apparaissent-elles dans une armée ?

– Dès le IVè siècle avant notre ère, à Athènes et à Sparte, des femmes combattaient dans les troupes grecques. Plus tard, elles ont participé aux campagnes d’Alexandre de Macédoine.

– Et à l’époque moderne ?

– Le premier pays à enrôler à été l’Angleterre… Entre 1560 et 1650, des hôpitaux ont commencé d’être créés dans lesquels servaient des femmes soldats. Et durant la Première Guerre Mondiale, on acceptait déjà des femmes dans la Royal Air Force ; les Britanniques avaient en outre formé un Corps royal auxiliaire et une légion féminine de transport automobile – le tout représentant un effectif de 100 000 personnes.

– Comment s’est développée la féminisation de l’armée pendant la Seconde Guerre Mondiale – la guerre la plus terrible du XXe siècle ?

– Durant ces années-là, le monde a été témoin de l’amplification du phénomène. On a vu des femmes servir dans les différents corps de l’armée, et cela dans de nombreux pays – dans l’armée britannique elles étaient 225 000, dans l’armée américaine, de 450 000 à 500 000, en Allemagne, près de 500 000.

Dans l’armée soviétique, près d’un million de femmes ont servi dans les différentes armes. Il y avait parmi elles des tireurs d’élite, des pilotes d’avion, des conducteurs-mécaniciens de chars lourds, des mitrailleurs…

Conversation avec un historien

 

C’est la première page de La guerre n’a pas un visage de femme, de Svetlana Alexievitch.

Et les pages suivantes sont à lire aussi.

Pour avoir une idée de la place de des femmes dans l’armée soviétique pendant la 2nde Guerre Mondiale, sur le front de l’Est. Les jeunes filles qui ont assiégé les bureaux de recrutement pour s’engager. Les femmes qui ont refusé de rester cuisinières ou blanchisseuses parce qu’elles voulaient prendre un fusil. Celles qui étaient consumées par les haine des nazis et qui voulaient tuer, et celles qui ne supportaient pas la mort. Celles qui couraient sous les bombes pour ramener les blessés vers l’arrière, des hommes plus lourds qu’elles. Et d’autres encore.

Publicités

2 responses to “A propos de réalisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :