Les ateliers 8 – Retour des Utopiales

Si tu te souviens, j’avais évoqué le déroulé possible d’un atelier rôliste tel que je l’envisagerais pour pratiquer un geste sans jouer une partie derrière. Alors qu’est-ce que ça donne quand Eugénie met ses bidouilles à l’épreuve du réel ?

La semaine dernière aux Utopiales, Manuel Bedouet et moi-même proposions entre autres deux ateliers rôlistes : Une page et ça suffit, pour écrire son jeu en une page, et Présenter son personnage pour tenter des effets de style qu’on n’ose pas faire en partie. Devine qui animait quoi, allez t’as droit à trois essais.

Blague à part, un énorme merci à Eric, côté orga, pour nous avoir fait confiance sur ce coup-là. Enfin surtout pour moi, puisque je n’avais aucune idée de ce que ça allait donner.

Et un merci tout particulier à Thalie, Manuel, Camille, Tolkraft, Nicolas, Orane, Clément, Frédéric, Globo, Thibault et Bérénice, parce que vous avez tous et toutes fait des trucs super chouettes et que le groupe a très joliment fonctionné ensemble. Vous avez été assez formidables, voilà.

Hop, retour sur l’expérience.

 

Ne sous-estime pas les rôlistes

Ils sont motivés

Ma grande angoisse c’était qu’il n’y ait personne et qu’on doive annuler, parce que les rôlistes viendraient surtout pour s’amuser à jouer des parties, pas pour bosser sur de l’atelier. Devine quoi ? Les inscriptions étaient complètes (!!!) c’est-à-dire 12 joueurs et joueuses :
– 11 présents, 1 absent (bra-vo)
– 4 filles, 7 garçons
– 5 personnes que je connaissais, 6 personnes que je ne connaissais pas
– 10 rôlistes, 1 personne qui n’avait jamais joué
Sachant que la plage horaire prévue n’était pas à la bonne place dans le programme, que c’était le matin à 10h, et que ça durait 3h, je salue la motivation des personnes qui se sont présentées ce jour-là.

Ils viennent pour se lâcher

L’autre angoisse, c’était que les participant.e.s ne jouent pas vraiment le jeu ou ne soient pas très à l’aise dans un dispositif autre que la partie à la table. Je savais que pour des improvisateurs, mon atelier était ok. Pour des rôlistes, j’avais des doutes. Doutes mal placés, en l’occurrence, parce que les ptits loups tu leur enlèves la table et ils font des trucs de foufous.

Du coup, juste après le brainstorm de début de séance, j’ai compris que mon atelier était trop low level pour ces furieux, et qu’ils allaient déjà plus loin que ce que j’avais imaginé. Je ne referai pas cette erreur, et les prochains ateliers que je proposerai seront prévus pour aller direct dans le vif du sujet.

Tu enlèves la table, ça devient de l’impro

Oui bon ok, j’aurais peut-être pas dû enlever la table. Déjà que les narrativo-vegans ont dégagé le MJ et les dés, que les mindfuckistes ont viré la cohérence logique, est-ce que la meuf avait vraiment besoin de débarquer pour enlever aussi la table ? Je ne pense pas.

En réalité, retirer la table et passer en solo ou en duo devant les autres, a produit un effet immédiat d’atelier d’impro : les participants ont tout de suite théâtralisé le truc (et l’ont super bien fait). Mais au final, ce qu’ils ont tenté là est assez difficile à réinvestir en jeu dans une partie lambda. J’ai pris note et je m’arrangerai pour répartir des groupes à des tables, la prochaine fois, pour rester dans un registre plus  rôliste.

 

Pour reprendre le déroulé de base, point par point

Présentation

Prévoir de quoi meubler pour le moment où on attend les éventuels retardataires (suivez mon regard).

Et deux mea culpa :
– je dois apprendre à feindre l’assurance pour jouer pleinement mon rôle d’organisatrice. C’est un énorme challenge pour moi, qui ai tendance à me présenter comme une noob inoffensive dès que je suis en milieu inconnu ;
– j’aurais dû évoquer la possibilité de refuser une proposition ou un exercice si c’est inconfortable. C’est la base et j’ai oublié de le faire.

 

Exercice 1 : Brainstorm

Celui-ci fonctionne très bien. J’ai récupéré plein d’idées super chouettes que j’ai très envie de tester dans mes prochaines parties. Et il suffit qu’une personne dise « puisqu’on parle de fantasme, je sais que c’est pas réalisable mais moi j’adorerais… » et bim les suivants embrayent derrière avec des idées encore plus barrées.

Quelques idées proposées pour présenter son personnage : le faire par un montage vidéo de photos qui retracent son historique, le faire dans le noir complet, faire faire un éloge sur mon PJ par toute la table, commencer par son oraison funèbre, le décrire par morceaux (façon plans de western spaghettis), etc etc.

 

Exercice 2 : Penalty

On a fait une diagonale dans la pièce, qu’il fallait parcourir pour aller balancer son titre à son interlocuteur, histoire de commencer avec du mouvement. Je voulais que ça bouge, mais je n’ai pas obtenu le rythme que j’imaginais. Chacun est passé trois fois : en marchant, en courant, et « au choix ». Au débrief, quelqu’un m’a suggéré qu’au 3e passage je demande d’ajouter un geste du PJ.

Mais en réalité, j’ai surtout pris conscience que l’energizer est probablement superflu pour cet atelier. Je pense que le brainstorm suffit et qu’on peut gagner du temps en passant directement à l’exercice suivant.

Néanmoins, si je tombe sur un groupe où la glace est plus difficile à briser, je le proposerais en tout début de séance. Tous ensemble debout en cercle, avec chacun ses trois papiers nom+titre à la main. Une personne demande à une autre « qui es-tu ? », cette dernière répond du tac-au-tac et se tourne vers une troisième en demandant « et toi, qui es-tu ? », etc. Quand une joueuse a balancé ses trois papiers, elle sort du cercle. Et on laisse tomber l’incarnation, il faut juste que ça enchaîne avec énergie.

 

Exercice 3 : Interprétation (à rebaptiser « essais de style »)

Comme je n’avais pas photocopié la fiche de perso en 12 exemplaires (j’ai un peu merdé sur le plan technique, ok), j’ai fait deux tables de 6 joueurs chacune : la 1ère a travaillé à partir du playbook du brainer d’Apocalypse World, la seconde sur une fiche de guerrier.e de Chroniques oubliées.

Sur la 2e phase de l’exercice, il y avait déjà une certaine recherche de forme et d’effet (description, accent, ambiance) dans les présentations des PJ, alors que je n’avais rien demandé.

Ce qui me fait penser que l’appropriation d’une feuille de perso c’est intéressant mais peut-être borderline par rapport au fait de le présenter. La prochaine fois, j’axerai cet exercice sur des contraintes formelles :
– 1er round, chacun produit une description physique du personnage (qui n’apparaît pas sur les feuilles de perso) ;
– 2e round, chacun présente son personnage par les yeux de quelqu’un (un PNJ) qui l’a bien connu ;
– 3e round, chacun présente son personnage en termes de sensations personnelles (monologue intérieur).

 

Pause 10 minutes

 

Exercice 4 : Interrogatoire

Cet exercice-là a produit de très chouettes impros, des scènes assez classes et des persos assez campés. Mais finalement le but de départ (interroger un PJ sur qui il est) est passé au second plan. Les joueurs et joueuses ont spontanément joué plutôt des situations et des scènes intéressantes qu’interrogé un PJ pour savoir qui il était. My bad, puisque j’ai donné à l’interrogateur la fiche de perso du pré-tiré qu’il devait interroger pour l’aider à amorcer ses questions, et je n’ai pas donné à la personne interrogée la situation choisie par l’interrogateur. Les devinettes pesaient donc sur la situation et pas sur la personnalité du PJ.

Il y a aussi eu une certaine inertie du fait d’enchaîner 12 scènes de 3 min chacune…

La prochaine fois, je ferai 2 tables de 6 (en se mélangeant par rapport à l’exo précédent) et je ferai un hot seat plus classique : une personne décide de la situation d’interrogatoire et surveille le temps, une autre joue le PJ interrogé, trois autres jouent les PNJ qui posent les questions. Les PNJ n’ont pas accès à la fiche de perso du PJ et la situation d’interrogatoire est annoncée à tout le monde à voix haute.

Un intérêt de l’exercice, c’était de piocher un pré-tiré au hasard et de tomber sur un archétype qu’on n’aurait jamais choisi pour une partie. Sur les suggestions des participants, je ferai attention à mieux penser mon panel en essayant de représenter les grands genres classiques (archétypes de SF, med-fan, enquête occulte…) et d’ajouter quelques surprises (un ou deux PJ non humains, par exemple).

J’ajouterai aussi des suggestions de questions à la liste des situations, pour aider à les poser à la volée.

 

Exercice 5 : Présenter un personnage

J’aime bien l’idée de finir sur des figures libres, inspirées du brainstorm initial. L’oraison funèbre a été choisie plusieurs fois et a produit un moment assez poignant, la description du décor à la place du PJ était classe, un participant a slamé (tellement de respect), un autre a interprété un ménestrel…

Je ne pense pas changer grand-chose à cet exercice, si ce n’est faire deux tables de 6 encore une fois (en mélangeant encore les groupes) : ça devrait permettre de coller à un registre vraiment rôliste et de faire au moins deux passages au lieu d’un, pour essayer plus de possibilités.

 

Retours sur l’atelier

Je me suis fait bizuter en beauté, puisque ce sont les joueurs qui m’ont demandé d’ouvrir le bal pour le débrief en donnant mon propre retour. Comme je n’avais rien formalisé, je n’ai pas été au top, et ensuite dans la conversation, certains ont pris beaucoup plus d’espace que d’autres.

Sur les conseils d’un expert, la prochaine fois, je ferai un tour où chacun parle au moins une fois et tout le monde écoute. Et chacun sera invité à dire ce qui lui a le plus plu et ce qui lui a le moins plu dans l’atelier. Ce qui devrait permettre de poser un peu mieux les choses.

En tout cas les retours ont été super encourageants, super positifs (avec une ou deux personnes moins convaincues mais qui apparemment ont passé un bon moment) et super formateurs pour moi.

 

Aux participants et participantes qui passeraient par ici, sentez-vous libres d’ajouter votre point de vue (ou d’éventuelles corrections) en commentaire !

En tout cas, j’en ressors avec la furieuse envie de re-proposer la formule à d’autres occasions, et de varier les sujets. Quelques idées en vrac : réagir au surnaturel, exprimer l’intériorité d’un perso, jouer son rôle de public, etc.

A suivre !

 

crédit photo : Tim Pierce (CC BY 2.0)

Publicités

4 responses to “Les ateliers 8 – Retour des Utopiales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :